search
top

Définition de inférence

L’inférence est l’action et l’effet d’inférer (induire quelque chose de quelque chose, tirer une conséquence de quelque chose, conclure). L’inférence surgit à partir d’une évaluation mentale entre plusieurs expressions qui, étant mises en rapport en tant qu’abstractions, permettent de tracer une implication logique.

À partir de certaines hypothèses (dites aussi arguments ou assertions), il est possible de tirer une conclusion (laquelle peut être vraie ou fausse). Par exemple : « Je n’ai pas encore reçu la confirmation officielle de l’entreprise, donc ce que je dis n’est qu’une inférence de ma part », « Chaque fois que la sélection joue, Marianne s’absente au travail : mon inférence, c’est que demain nous serons seuls au bureau », « Nous ne pouvons pas nous laisser guider par des inférences. Nous devrions plutôt attendre que les faits se confirment avant de prendre une décision ».

Le syllogisme est une forme essentielle d’inférence. Il s’agit d’une forme de raisonnement déductif formé par deux propositions (prémisses) et une conclusion. Cette conclusion est l’inférence que l’on tire nécessairement des deux prémisses.

La véracité de la conclusion dépendra du système de règles qui régulent la relation entre les prémisses comparées. La garantie de vérité du nouveau raisonnement est la logique, qui devra établir les plusieurs classifications des prémisses.

Ni toutes les inférences apportent des conclusions vraies. Il est possible d’affirmer que tous les chiens sont des animaux poilus à quatre pattes, mais on ne peut pas inférer que tous les animaux poilus à quatre pattes sont des chiens.

Les inférences ont lieu à partir d’une analyse de caractéristiques et de probabilités. Si quelqu’un mentionne un animal à quatre pattes, poilu et qui bouge la queue, on peut inférer que le plus probable, c’est que cette personne fait allusion à un chien.



top