search
top

Définition de suffrage

Tirant son origine sur le vocable latin suffragĭum, le concept de suffrage englobe la manifestation que l’on peut faire publiquement ou maintenir en secret dans le cadre d’une élection que développe chaque individu en privé. La notion est employée comme synonyme de vote et décrit le moyen, le geste ou l’objet qui rend possible la diffusion de telle préférence.

Nous mentionnerons que ce mot est associé au système électoral qui décide quand de différentes charges publiques doivent être attribuées et occupées. Le suffrage constitue un droit de caractère constitutionnel et politique qui englobe le suffrage dit de type actif (qui concerne le droit de tout individu de participer avec son vote aux élections des gouvernants ou à l’approbation ou désapprobation d’un référendum) et le suffrage de type passif (basé sur le droit de se présenter en tant que candidat durant le processus électoral et de pouvoir être élu).

Au fil de l’histoire, le droit de suffrage a souffert plusieurs transformations. Les seigneurs féodaux et les rois d’autrefois ne considéraient pas leurs subordonnés des hommes libres et ne leur permettaient donc pas de s’exprimer par le vote.

Toutefois, au sein des gouvernements démocratiques, le suffrage est limité par certaines conditions légales. Suivant le pays, la personne doit être majeure, avoir la nationalité du pays où elle souhaite voter ou se présenter en tant que représentant ou encore satisfaire d’autres réquisits. Dans certaines nations musulmanes, par exemple, les femmes ne bénéficient pas encore du droit de suffrage.

On entend par suffrage universel le droit qui permet à toute la population adulte de l’État de voter peu importe le sexe, la race, la condition sociale ou les croyances. Il s’agit de l’évolution d’un ensemble de systèmes, comme le suffrage censitaire (où seuls les hommes cultivés et ayant des moyens pouvaient voter) ou le suffrage qualifié (réservé aux hommes qui savaient lire et écrire).



top