search
top

Définition de subordination

D’origine latine (subordinatĭo), la subordination est la soumission au contrôle, à la domination ou aux ordres de quelqu’un. La subordination implique donc une domination, qui peut être formelle ou symbolique. D’habitude, le subordonné respecte les commandements parce qu’il y a une relation hiérarchique, bien que la subordination puisse également être appliquée au moyen de la force.

Exemples : « Dans cette équipe, c’est moi l’entraîneur : ceux qui ne sont pas disposés à accepter la subordination n’ont qu’à s’en aller ! », « Je suis fatigué de la subordination à un homme qui n’a aucune valeur et qui est un incapable ! », « Ça, c’est une coopérative, ici il n’y a ni de subordination ni de hiérarchies ».

La notion de subordination est également utilisée dans la grammaire pour désigner la relation de dépendance entre deux phrases ou entre deux éléments de différente catégorie grammaticale (nom-adjectif, préposition-complément, etc.).

La subordination syntaxique implique qu’entre deux propositions, la proposition principale possède plus de hiérarchie que la proposition subordonnée. Par conséquent, elles ne sont pas interchangeables sans que le sens de la phrase soit modifié.

La relation de subordination est formée par la présence de mots-outils, mais ils peuvent être supprimés au moyen de la juxtaposition : « Robert n’était pas en mesure de jouer car il était blessé » peut s’écrire « Robert n’était pas en mesure de jouer. Il était blessé ».

Il existe trois grands types de subordination : la subordination adverbiale (avec des références temporelles, locales, modales ou comparatives), la subordination participiale (qui remplit différentes fonctions syntaxiques) et la subordination adjectivale

« Si vous buvez, ne conduisez pas » et « J’ai sommeil, donc je vais faire une sieste » sont des exemples de phrases dont les propositions ont une relation de subordination.



top