search
top

Définition de sous-estimation

Le terme sous-estimation est souvent utilisé dans le cadre du verbe « sous-estimer ». Ce verbe, à son tour, veut dire estimer quelqu’un ou quelque chose en deçà de sa valeur (beaucoup plus de ce qu’il/elle vaut).

La sous-estimation peut donc être liée à la mésestime (rejeter, dénier) et au mépris (la faible estime ou une estimation basse). Quand quelqu’un sous-estime, il estime que la personne ou l’objet en question a une valeur inférieure à celle qu’il ou qu’elle a en réalité.

Exemples : un joueur qui occupe le troisième rang au classement mondial doit faire face à un autre qui se trouve deux cents postes derrière. Le joueur de tennis le mieux positionné se présente dans le court insouciant et convaincu que son adversaire n’a aucune chance de le battre. C’est là qu’il joue sans se concentrer et sans faire de grands efforts. À la fin, cette sous-estimation finit par le compromettre car c’est son adversaire (le joueur qu’il considérait inférieur) qui remporte la victoire.

Un autre exemple qui aide à comprendre le concept de sous-estimation a lieu avec l’attitude de certains gouverneurs qui prennent des mesures impopulaires, persuadés que les gens qui lui ont fait confiance et qui ont voté pour eux continueront toujours à le faire. Cependant, les gens peuvent se rendre compte des erreurs et finissent par punir ceux qu’ils avaient élus auparavant.

Le contraire de la sous-estimation est la surestimation, qui consiste à exagérer au moment de valoriser quelque chose ou quelqu’un (attacher plus d’importance ou attribuer plus de valeur qu’il ou qu’elle en a pour de vrai). Un écrivain qui vend des milliers de livres grâce aux efforts de marketing de sa maison d’édition et non pour son talent peut certainement faire l’objet d’une surestimation dans l’industrie du livre.



top