search
top

Définition de respiration aérobie

L’adjectif aérobie est employé dans le domaine de la biologie pour désigner ce qui a besoin d’oxygène pour subsister. Ce qui concerne les organismes dits aérobies prend le nom d’aérobic.

La respiration de type aérobie est donc une modalité du métabolisme pour laquelle l’intervention de l’oxygène est nécessaire. N’oublions pas que la respiration consiste en des échanges de gaz avec le milieu, un processus qui peut avoir lieu de plusieurs façons suivant l’être vivant en question.

Au moyen de la respiration aérobie, les êtres vivants obtiennent de l’énergie des molécules organiques, où le carbone est oxydé et l’oxygène est employé en tant qu’oxydant. Lorsque l’oxygène n’a pas le rôle d’oxydant, on parle alors de respiration anaérobie ou anaérobique.

Dans le cas de la respiration aérobie, l’oxygène arrive à traverser les membranes biologiques (en premier, la membrane plasmatique, puis les membranes mitochondriales) jusqu’à unir des électrons et des protons pour former des atomes d’hydrogène et, par le biais de ces derniers, de l’eau. L’acide pyruvique qui est obtenu à la première phase de l’anaérobie est oxydé avec l’oxygène pour apporter en outre de l’énergie et du dioxyde de carbone.

Il est possible de diviser la respiration aérobie en plusieurs étapes. La première phase est connue sous le nom de glycolyse et a lieu lorsque la molécule de glycose s’oxyde et se divise en un couple de molécules d’acide pyruvique.

La deuxième étape est la décarboxylation oxydative de l’acide pyruvique. Pendant cette période, l’acide pyruvique entre dans la matrice de la mitochondrie où le complexe enzymatique pyruvate déshydrogénase se charge de le traiter.

La respiration aérobie continue avec le cycle de Krebs (il se résume par l’oxydation des acétyles que transporte l’acétyl-coenzyme A, issus du pyruvate), la chaine respiratoire et la phosphorylation oxydative.



top