search
top

Définition d’impartialité

La notion d’impartialité, synonyme d’équité, peut être considérée comme un critère de justice qui se fonde sur des décisions prises objectivement. Cela signifie que la personne en charge de juger ou de régler/résoudre une question doit rester impartiale (neutre) et ne pas être influencée par des préjugés ou des intérêts la menant à faire profiter l’une des parties.

Exemples : « L’impartialité du juge a été contestée par les accusés », « On m’a donnée la responsabilité de choisir le meilleur joueur du tournoi car on trouve que ma décision sera fondée sur l’impartialité », « Dans une telle situation, il n’y a pas d’impartialité possible : il est indispensable de rester soit d’un côté, soit de l’autre ».

Pour comprendre la notion d’impartialité, on peut prendre l’exemple d’un litige et le diviser en trois blocs ou questions. D’une part, il y a les intérêts et les raisons de l’une des parties. D’autre part, les intérêts et les raisons de l’autre partie. Entre les deux, se trouve l’impartialité : basée sur des critères objectifs et, si possible, sur des données factuelles, il est entendu que l’impartialité est la voie vers une décision juste.

Supposons qu’un ballon brise la fenêtre d’une maison. Une femme quitte la maison et rencontre deux enfants dont elle se soupçonne. En attendant, un autre garçon arrive et elle lui demande s’il a vu qui a cassé la fenêtre. Comme l’enfant est l’ami de l’un des accusés, il n’hésite pas à dire que ce fut l’autre garçon même s’il n’a aucune idée de ce qui s’est réellement passé. Cette décision n’est pas impartiale car le prétendu témoin, par affection pour son ami, voulait lui éviter des problèmes et il n’a pas été juste avec l’autre qui n’y est pour rien.



top