search
top

Définition de érotisme

Les Grecs employaient le mot érōs pour faire allusion à la passion appliquée à l’amour et au désir de nature sensuelle. Ce sentiment était également représenté par le dieu Éros. En français, le terme érotisme signifie et représente ce qui est lié à la sexualité, aussi bien en ce qui concerne le simple acte sexuel au sein d’une relation charnelle que ses projections.

Souvent, l’approche de l’érotisme a lieu conjointement avec la libido, étant donné qu’il s’agit de tout ce qui provient de la région libidique et qui est pratiquement indissociable du sexe et de l’amour. Toutefois, il y a une certaine opposition entre l’amour érotique par rapport à l’amour romantique, dans la mesure où il est devenu la principale association de l’amour en général (il a une nature altruiste et, à ce qu’il parait, il exalte la sensualité).

On pourrait donc conclure que, de nos jours, lorsque l’on parle d’érotisme, on l’identifie au désir sexuel et sensuel tandis que l’amour a à voir avec les sentiments, avec la profondeur de l’âme et qui va au-delà de la simple apparence.

Cependant, bien que ce soit des concepts séparés, il est vrai après tout qu’ils sont complémentaires dans de nombreuses occasions. De plus, chez n’importe quel couple partageant des liens amoureux, l’érotisme se démarque étant donné que l’amour sentimental laisse place au désir charnel et à la passion physique.

Aussi bizarre que ça puisse paraisse, l’érotisme a toujours tenu sa place dans la religion et les systèmes de croyance. Dans le catholicisme, les textes mystiques de Jean de la Croix comprennent une rhétorique débordant d’érotisme attribué à la divinité. Dans d’autres religions, par ailleurs, il y avait une coutume qui pourrait bien être définie comme une sorte de prostitution de nature sacrée qui s’est étendue à la Grèce antique. Sans oublier, bien entendu, le célèbre livre du Kama Sutra, qui est une sublimation de la sexualité appartenant à l’hindouisme.

En ce sens, on ne peut pas ignorer le fait que lorsque l’on parle d’érotisme, on fait allusion à ce qu’est l’exaltation de l’amour physique dans le cadre des arts, que ce soit la littérature, le cinéma, le théâtre, la peinture ou la sculpture. À ce titre, pour ne mentionner que quelques exemples d’érotisme qui existent dans ces domaines, nous retiendrons les films Basic Instinct (1992) ou 9 semaines ½ (1986), des tableaux tels que La Maja nue de Goya ou Le Bain turc d’Ingres, ou encore des sculptures comme Le Baiser ou Toilette de Venus, tous les deux appartenant à Rodin.

Il y a lieu de noter que les motivations érotiques d’un individu ou l’intérêt sexuel qu’un objet peut générer chez quelqu’un sont généralement qualifiés avec l’adjectif sexy, un mot d’origine anglaise. L’érotisme peut également être confondu avec le fétichisme, soit la déviation des pulsions sexuelles sur certains objets ou des parties déterminées du corps.

En ce qui concerne l’érotisme dans la littérature, le Marquis de Sade est l’un de ses précurseurs, lui qui a été condamné pour avoir développé publiquement des actes de libertinage et du fait de complémenter ses intérêts sexuels avec des réactions violentes.

Tout cela sans oublier que bien d’autres livres mettant l’accent sur l’érotisme ont été publiés. Nous en retiendrons quelques chefs-d’œuvre: Lolita (1955) de Vladimir Nabokov et Les vies de Loulou (1989) d’Almudena Grandes.



top