search
top

Définition d’avortement provoqué

L’avortement est l’action d’avorter (terminer, arrêter, disparaître avant la fin naturelle, mourir prématurément, échouer). Le concept, qui dérive du latin abortus, est souvent employé pour désigner l’interruption de la grossesse, qu’elle soit naturelle ou provoquée intentionnellement.

L’avortement provoqué (dit aussi « avortement induit ») est donc l’interruption volontaire de la grossesse. La pratique consiste à provoquer l’interruption prématurée de la grossesse tout en empêchant le développement vital de l’embryon ou du fœtus dans le but de l’éliminer.

Ce type d’avortement peut être réalisé chirurgicalement ou chimiquement (avec des médicaments) et peut entrainer de sérieuses conséquences physiques et psychologiques pour la femme. La plupart des lois interdisent l’avortement provoqué pour des implications éthiques, morales, religieuses et sociales. Alors que les défenseurs de l’avortement légal parlent de la liberté de la femme, les opposants, à leur tour, considèrent que l’avortement est le meurtre d’un enfant qui s’apprête à naître. Toutefois, au-delà des dispositions de la loi, les avortements provoqués sont effectuées dans le monde entier sous diverses conditions.

L’avortement naturel (dit « fausse couche ») prend aussi le nom d’avortement spontané. Cela arrive à cause de la perte de l’embryon ou du fœtus qui se produit avant la vingtième semaine de grossesse. Après cette période, il s’agit d’un travail (ou accouchement) prématuré.

L’avortement spontané peut être considéré comme retenu (le corps n’élimine aucun produit de la gestion), incomplet (certains produits sont éliminés) ou complet (tous les produits de la gestation sont éliminés).

Parmi les causes de l’avortement spontané, les plus fréquentes sont les anomalies congénitales du fœtus, les anomalies de l’appareil génital et les maladies systémiques ou infectieuses de la mère.



top